Cloîtrés, confinés : toujours renouveler nos relations aux autres et à Dieu

Carmel d’Angers, cloître. Crédits : Agence Twid / Ghislain d’Orglandes

Comment vivre le confinement quand on est cloîtré ? Réponse avec le témoignage des soeurs du Carmel d’Angers.

"Je pense que nous sommes parmi les privilégiées de la situation” confie soeur Charlotte-Marie. En effet, pour les soeurs le confinement ne change pas beaucoup de l’ordinaire sinon, et ce n’est pas rien quand même, qu’elles n’ont pas pu participer à la messe durant plusieurs jours en l’absence de prêtre.

Une autre différence également, le fait qu’il n’y ait personne aux offices et qu’il n’y ait plus de relation avec l’extérieur. “Sinon, nous avons beaucoup de chance car nous sommes en communauté, nous avons une grande maison, un grand jardin ”.

Vivre à l’écart pour se centrer sur la relation à Dieu

Mais être cloitré ne veut surtout pas dire être confiné toute l’année ! La clôture est une façon de vivre à l’écart pour se centrer sur une autre relation essentielle : la relation à Dieu. La clôture est un choix libre de donner sa vie à Dieu seul. “Le confinement que nous vivons actuellement lui est subi, il nous est imposé ce n’est pas du tout pareil” affirme soeur Charlotte-Marie.

Le Carmel d’Angers, Crédits : Agence Twid / Ghislain d’Orglandes.

Une opportunité pour ouvrir nos coeurs

Les Carmélites d’Angers nous invitent alors à vivre ce temps de confinement comme une opportunité, une chance pour nous recentrer sur l’Essentiel, pour rencontrer Dieu au plus profond de nous-mêmes.

A l’heure où les relations humaines ne sont plus possibles physiquement , elles nous proposent de renouveler notre relation aux autres et à Dieu : changer notre regard sur l’autre, voir ses qualités plutôt que ses défauts, redécouvrir la communion des saints, se relier aux autres par la prière, prendre le temps de prier Dieu et de le laisser venir à notre rencontre.

“ Nous ne pouvons pas ouvrir nos portes, alors ouvrons nos coeurs”

La communauté en prière, Crédits : Agence Twid / Ghislain d’Orglande