Conférences "bioéthique" : plusieurs regards pour se former


La paroisse Cathédrale-Saint-Maurice-Notre-Dame, RCF Anjou et l’Université catholique de l’Ouest ont organisé cet hiver trois conférences autour de questions bioéthiques d’actualité : la PMA, la fin de vie et l’intelligence artificielle. A chaque fois un défi : donner la parole à des intervenants différents pour éclairer ces questions à travers différentes approches. Un pari réussi !

"On a senti une forte mobilisation sur ces questions de bioéthique qui font l’actualité", souligne Raphaël de la Croix, directeur de la radio RCF Anjou animateur de ces conférences. "Nous sommes sortis du format habituel d’une conférence avec un seul intervenant pour cette fois croiser les approches."

En effet pour chaque sujet (PMA, fin de vie et l’intelligence artificielle), les enjeux médicaux, juridiques, philosophiques, juridiques et théologiques ont été abordés par un intervenant différent.

"C’est une approche qui a séduit un public souvent varié d’une soirée à l’autre. Les participants ont a apprécié la profondeur et la qualité de propos respectueux, sans être dans la militance", se réjouit le P. François Gourdon, curé de la paroisse Cathédrale.

"Quatre regards se sont complétés et ont permis d’avoir une réflexion plus fine, plus ajustée sur ces sujets de société délicats". Pour le P. Gourdon, "l’enjeu est aussi pour l’Eglise sur ces questions de faire fonctionner notre raison et d’avoir un positionnement qui aide les personnes à réfléchir en vérité, pour dépasser la seule émotion. Puisque nous croyons en un Dieu incarné, les sciences humaines nous parlent. L’Eglise réfléchit aussi à partir des sciences humaines : ces soirées montrent bien qu’un dialogue entre raison et foi est possible et toujours souhaitable !"

Et après ? Ces temps d’échange et de formation sont inscrits dans le projet paroissial de la cathédrale. Ils se poursuivront très certainement dans les mois et années qui viennent, en lien avec les orientations missionnaires diocésaines pour "aider chaque baptisé à prendre place sa place dans les débats de société" (décision 4).

Aller plus loin :