Confiné, ce prêtre choletais ne célèbre pas seul !

Impossible de célébrer l’eucharistie dans une église à cause du confinement ? Qu’à cela ne tienne ! Pour le père Jo Gohier, curé de la paroisse Bienheureux Antoine Chevrier (Cholet), pas question de dire la messe seul dans son coin…

Chaque jour à l’heure de célébrer la messe, le curé de la paroisse est entouré d’un tas de gens. Dans un texte qu’il a écrit et mis en ligne la semaine dernière sur le site de la paroisse, il énumère les frères et sœurs qui l’accompagnent dans une magnifique litanie.

La table-autel du père Jo Gohier

Des lettres de détenus, le bâton d’un aveugle

Sur la table-autel de son presbytère, il a en effet déposé des images, des visages : des jeunes de la paroisse qui ont récemment reçu la confirmation, des amis qui n’ont pas la foi, une photo d’Amédée, ami prêtre du Bénin… Il a mis aussi sur la nappe une photo, envoyée par une grand-mère de presque 100 ans, qui vient de perdre un enfant.

Sur la table se trouvent également des lettres de détenus : celle de Nico, mort à 30 ans. Des objets liturgiques offerts par Pierre, prêtre malentendant et parti trop tôt.

Le père Gohier y a également entreposé une statue du XIIe siècle provenant du sanctuaire de Nantilly où il fut curé jadis, mais aussi une bougie d’Abu Gosh, ce lieu saint d’Israël où vivent en harmonie des juifs, des musulmans et des chrétiens. Il y a aussi sur la nappe la lettre d’un détenu qui voit son enfermement comme une « croisière ». Sur le bord de la table, repose le bâton d’aveugle laissé par un ami. Un tableau représentant le repas du jeudi saint, orne également le lieu.

Le père Jo Gohier

Des histoires de vie qui « parlent de Jésus crucifié »

Ce sont tous ses frères et sœurs rencontrés au cours de son ministère, toutes ces histoires de vie, tous ces parcours qui parlent de Jésus crucifié avec lesquels le père Gohier célèbre chaque jour.
Chaque objet ou image lui inspire une prière pour aujourd’hui : devant la patène et le calice offerts par un ami prêtre, après la mort duquel la communauté des sourds et malentendants lui a demandé de poursuivre la mission, il a cette prière : « Seigneur, fais que nous sachions toujours voir la vraie richesse (…) celle de nos cœurs et de nos vies. »
Sur la table-autel, sont bien-sûr posés le pain et le vin. Le pain et le vin de la joie et aussi ceux de la souffrance. « Seigneur merci. Car ils deviennent le Pain de ta Vie et le Vin du Royaume éternel. »
Alors, confinée la messe ? Non, conclut le père Jo Gohier, elle est malgré tout reliée aux joies et aux peines de chacun… Elle est reliée aussi à la vie de l’Eglise dans sa diversité, avec tout le peuple de Dieu.

Pour en savoir plus :
Le site de la paroisse Bienheureux Antoine Chevrier de Cholet
Le blog des prières de Jo Gohier