Congrès Mission : deux paroisses réfléchissent à une nouvelle évangélisation

Comment proposer la foi dans la société actuelle ?


Le Congrès Mission 2018 a réuni à Paris fin septembre des chrétiens de la France entière pour réfléchir ensemble à l’évangélisation et donner les moyens concrets de proposer la foi toujours et partout. Retour sur cet événement missionnaire avec le père Emmanuel d’Andigné et le père Joseph Béboula qui se sont rendus au congrès avec un groupe de paroissiens de la paroisse de Saint-René-en-Pays-Segréen.

La (courte) histoire du Congrès Mission

Le Congrès Mission a commencé il y a quelques années au lac de Tibériade en Terre Sainte ! En effet un certain Raphaël Cornu-Thénard y a fait une rencontre personnelle et fulgurante de Jésus : il est revenu en France et a fondé un petit groupe qui s’appelle Anuncio.

Ce mouvement parcourt la France pour parler très simplement de Jésus au gens dans la rue ou sur les plages ; après quelques années de "pratique", il a eu l’intuition que beaucoup d’expériences d’évangélisation très différentes les unes des autres gagneraient à se rencontrer et être partagées.

Le premier Congrès Mission a eu lieu il y a quatre ans en 2014 et a rassemblé quelques centaines de personnes. Le nombre des participants n’a cessé d’augmenter depuis... Nous étions 3800 participants cette année !

Le congrès a trois objectifs :

  • Créer un grand enthousiasme pour la mission
  • Donner des clés concrètes à ceux et celles qui veulent annoncer l’Évangile
  • Permettre des rencontres, des synergies et promouvoir la créativité
    Apprendre à être disciple-missionnaire en somme !

Le film du Congrès 2018 : temps forts, ateliers, conférences

Si l’on voulait simplement décrire le week-end, on dirait qu’il commence par une après-midi du vendredi spécialement dédiée aux prêtres, de façon à ce qu’ils puissent partager entre eux des expériences d’évangélisation et surtout de la manière dont certains d’entre eux ont fait de leur paroisse une communauté missionnaire ou du moins un peu plus missionnaire qu’elle ne l’était auparavant.


La particularité de cette rencontre et qu’elle ne rassemblait pas uniquement des prêtres catholiques, mais aussi des prêtres anglicans et des pasteurs protestants confrontés aux mêmes difficultés que nos communautés catholiques. Le congrès mission a en effet une dimension œcuménique forte.

Tout s’est vécu dans un esprit de fraternité et de convivialité, porté par beaucoup d’optimiste sur l’avenir de l’Église en France.
Lors de la soirée du vendredi l’ensemble des congressistes se sont unis dans une assemblée de prière et de témoignages pour lancer la dynamique de l’évènement.
Toute la journée du samedi une série de conférences et d’ateliers a permis de partager autour de 150 initiatives missionnaires qui ont eu lieu en France.

L’un des ateliers était ni plus ni moins l’illustration pratique de la décision 17 de la Charte missionnaire du diocèse : " faire du dimanche un moment missionnaire".


Le samedi soir a été l’occasion d’une veillée de prière, la prière qui est le tout premier acte de l’évangélisation.

Le dimanche matin, d’autres conférences et des ateliers, qui nous ont permis de faire encore plus de rencontres avec différents groupes et communautés, occasion "d’attraper" beaucoup de belles idées auprès de paroisses qui ressemblent beaucoup à la nôtre.

Le dimanche après-midi a réuni tous les congressistes pour une messe d’action de grâce et un envoi en mission.

"Faire l’expérience d’un peuple nombreux, joyeux et en marche"

Au cours d’une conférence animée par Mgr Hervé Gosselin, Mgr Xavier Malle et Mgr Jacques Blaquart, et qui traitait de la question des évêques comme "apôtres et /ou gérants des faillites", les évêques ont estimé que l’appauvrissement actuel de l’Église doit être source d’humilité et d’espérance.

Ils ont déploré les "vieilles pratiques ecclésiales" qui perdurent, dans l’espoir que les choses repartent comme avant.
Or, il faut écouter l’Esprit Saint qui nous invite à des regroupements pour, disent-ils, "aider les chrétiens à faire l’expérience d’un peuple nombreux, joyeux et en marche".

Et après ? En paroisse ?

Le P. Emmanuel d’Andigné revient sur cette expérience pour sa paroisse : "Cette année, nous étions une dizaine de participants de la paroisse de Saint-René-en-Pays-Segréen. A la fin du week-end nous avons pris le temps avant de nous quitter de voir de quelle façon nous pourrions aider l’ensemble de la paroisse à être une communauté missionnaire...

Bien sûr nous avons évoqué des petites choses concrètes et stimulantes et nous avons également rendu grâce pour le nouvel élan missionnaire que ces deux jours nous donnait...

Nous avons retenu qu’être disciples-missionnaires impliquait de vivre :

  • la prière commune : commencer chacune de nos rencontres par une prière.
  • La fraternité : pas de vie chrétienne sans vraie fraternité qui encourage chaque baptisé à aller jusqu’au bout de son engagement. Ainsi, il peut sortir de chez soi pour aller, dans la joie, à la rencontre des autres.

Mais notre toute première conclusion à été de travailler à l’unité et à la charité entre nous, pour que l’amour que nous avons les uns pour les autres nous fasse devenir des vrais disciples. Et le vrai disciple devient nécessairement tôt ou tard un missionnaire, ne croyez-vous pas ? "

Le prochain congrès mission aura lieu les 27, 28 et 29 septembre 2019.