Covid19 : les Petites Sœurs des Pauvres appellent les familles à prier le chapelet

Le chapelet en famille (crédit : Fotolia)

Devant la propagation de la pandémie, les Petites Sœurs des Pauvres ont lancé un appel pour une grande chaîne de prière : la récitation du chapelet en famille.

La prière en famille est très efficace, et encouragée par l’Eglise : "la foi atteint une fécondité plus grande lorsqu’elle est vécue en interaction avec les autres, au premier rang desquels notre conjoint et nos enfants, qui, de fait, sont notre première communauté de vie, notre Église domestique" (Catéchisme de l’Eglise catholique, 1655).
D’ailleurs en 1974, la Vierge avait dit à sœur Lucie, une des voyantes de Fatima, que la révolution du Portugal s’arrêterait quand un million de familles prieraient le chapelet. C’est ce qui s’est effectivement passé en 1976.

Quarante-cinq ans plus tard et dans le but de stopper le virus, ce témoignage a inspiré aux religieuses la proposition de prier le chapelet en famille, intitulée « Un million de familles ».

Une démarche pour invoquer la sainte Vierge en méditant les cinq dizaines, avec la paisible assurance que la prière à Marie peut tout.

Statue de la Vierge de Fatima

Pour rejoindre la chaîne de prière

Pour participer à la chaîne de prière, il suffit de s’inscrire iciet de suivre le guide avec les prières complètes et les mystères commentés du chapelet.

Combien de fois faut-il dire le chapelet ?

Si l’on entend, dans cet appel, la nécessité de réciter plutôt quotidiennement le chapelet, la fréquence reste au choix des familles. Tous les jours, tous les deux jours, chaque semaine… L’essentiel est de s’y tenir avec application et conviction. Pour ces "rendez-vous d’amour" avec la Sainte Vierge, les parents prendront soin d’aménager un coin prière agréable et favorisant le recueillement.

La prière du chapelet durant environ une demi-heure, les plus petits pourront assister à une seule dizaine par exemple. Pendant cette méditation, Marie est vraiment présente comme une maman… Le but de la chaîne de prière est qu’il y ait le plus de familles possible afin que le cordon spirituel s’allonge pour atteindre, en écho à la demande de la Vierge Marie à Fatima, un million de familles. Même s’il n’est pas interdit de continuer à prier ensuite, « la chaîne de prière s’arrêtera quand la pandémie cessera », ont expliqué les sœurs de la communauté.

Une congrégation au service des personnes âgées, présente à Angers

Cette initiative en faveur de la guérison des malades demeure dans l’esprit d’origine de la congrégation des Petites sœurs des pauvres, dont la vocation est le soin aux personnes âgées.

Fondée au 19è siècle par Jeanne Jugan, la communauté est présente sur les cinq continents. A Angers, Les Petites Sœurs des pauvres réconfortent et soignent jusqu’au terme de leur vie les personnes âgées dans l’établissement "Ma Maison", situé à Angers.

Pour en savoir plus :
Congrégation des Petites sœurs des pauvres