Frère Laurent de la Résurrection

Frère Laurent de la Résurrection (1614 – 1691)

Frère Laurent de la Résurrection {PNG}
Originaire de Lorraine, Nicolas Herman préfère la « profession des armes ». Blessé au cours d’un siège, il revient chez ses parents. Puis, il devient employé de maison, qualifié de ‘laquais lourdaud qui cassait tout’. Ce n’est qu’à vingt-six ans qu’il entra au Couvent des Carmes de la rue Vaugirard à Paris. Et, devint, en religion, Laurent de la Résurrection ; grand priant et mystique, il est resté, toute sa vie durant, simple religieux frère. Sa phrase : « Je retourne ma petite omelette dans la poêle pour l’amour de Dieu », est devenue célèbre. En effet, durant quinze ans il sera cuisinier en chef de sa communauté. Puis, souffrant de « goutte sciatique », il deviendra le cordonnier des 200 pieds de ses frères déchaussés. Comme saint Jean de la Croix, mort un siècle plus tôt, il eut à subir des épreuves de la part de ses frères, des jalousies. Trois grandes maladies à la fin de sa vie viendront, comme pour confirmer le haut degré auquel il était parvenu dans son union à Dieu et son abandon. Il est mort le 12 février 1691, à l’âge de 77 ans. Sur son lit de mort, il répondit à ses frères : « Je fais ce que je ferai dans toute l’éternité ; je bénis Dieu, je loue Dieu, je l’adore et je l’aime de tout mon cœur ; c’est là tout notre métier, mes frères, d’adorer Dieu et de l’aimer, sans se soucier du reste ». Son grand rayonnement, bien qu’il n’écrivît que quelques Maximes spirituelles et seize lettres conservées, fut malheureusement terni par le différend entre Bossuet et Fénelon, mais ce dernier contribua à le faire connaître à l’étranger tandis qu’en France il tomba dans les « oubliettes ». Aujourd’hui, Frère Laurent est traduit dans de nombreuses langues.

A l’école de Frère Laurent de la Résurrection
  • « La pratique la plus sainte, la plus commune et la plus nécessaire en la vie spirituelle est la présence de Dieu : c’est de se plaire et s’accoutumer en sa divine compagnie, parlant humblement et s’entretenant amoureusement avec lui en tous temps, à tous moments, sans règle ni mesure, surtout dans le temps des tentations, des peines, des aridités, des dégoûts et même des infidélités et des péchés. »
  • « Il ne faut pas se lasser de faire de petites choses pour l’Amour de Dieu qui regarde non la grandeur de l’œuvre mais l’amour. »
  • « Adorer Dieu en esprit et en vérité, c’est-à-dire par une humble et véritable adoration d’esprit dans le fond et au centre de notre âme. Il n’y a que Dieu qui puisse voir cette adoration que nous pouvons réitérer si souvent, qu’à la fin, elle nous deviendra comme naturelle. »
Frère Laurent de la Résurrection : une belle figure du passé, un témoin pour aujourd’hui (témoignage d’une sœur du carmel d’Angers)

Comment ai-je fait la connaissance de frère Laurent, lui qui mourut trois siècles avant mon engagement définitif au Carmel ? Hasard chrétien ? Certainement ! Cela fut tout simple, après ma Profession en 1990, je suis allée à la bibliothèque du monastère et sur le rayonnage concernant le Carmel, un tout petit livre, coincé entre de plus conséquents, attira mon regard. Je le pris, je regardai le titre : « Frère Laurent de la Résurrection. LA PRATIQUE DE LA PRÉSENCE DE DIEU », je le feuilletai, et, tout de suite, je fus conquise. Je le mis aussitôt dans ma poche et longtemps il demeura mon compagnon de route. Depuis une vraie complicité s’est établie entre frère Laurent et moi... Il est vraiment mon grand frère dans la foi et dans la pratique de la présence de Dieu. Dans les jours de plus grande aridité, je reviens vers lui et il me renvoie à mes activités le cœur serein, heureuse d’être carmélite.
Ce qui m’attire chez frère Laurent c’est sa grande vérité d’être, sa liberté, son humour et son humanité, c’est-à-dire tout ce qui fait un saint. Mais, ce sont surtout ses conseils tout simples en prise avec la vie qui m’ont vraiment et continuent à m’aider dans ma relation à Dieu, au Christ Jésus, le Vivant qui nous fait vivre ! Et je termine en vous laissant cette petite phrase de frère Laurent comme un ‘clin-Dieu’ : « Ceux qui ont le vent du Saint-Esprit voguent même en dormant ». Bon vent avec Frère Laurent de la Résurrection !

Références : Laurent de la Résurrection. « L’expérience de la présence de Dieu ». Éd. du Seuil.