Grand débat : les jeunes des mouvements prennent la parole

Plus de 50 jeunes se sont réunis à Angers le vendredi 15 mars à l’initiative de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), du Secours Catholique Young Caritas et du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC). Ils ont débattu et fait des propositions sur deux des quatre thématiques du grand débat national : la transition écologique et la citoyenneté et la démocratie.

Faire entendre la parole des jeunes dans le grand débat national, c’est ce qui a poussé ces trois mouvements à se réunir. L’objectif était d’une part que les jeunes s’approprient les questions soulevées dans le débat national et, d’autre part, de leur proposer une soirée d’échanges sur ces sujets afin qu’ils émettent eux aussi des propositions. Deux thématiques ont été choisies en amont : la transition écologique et la citoyenneté-démocratie.


À travers leur pédagogie commune, issue de l’action catholique, le « voir-juger-agir », les trois mouvements ont construit la soirée de manière à ce que des jeunes très différents, de part leur milieux et territoires de vie, puissent se rencontrer et échanger leurs réalités et leurs points de vue. De ces échanges ont émergé des propositions concrètes qui ont été remontées sur la plateforme du grand débat.

S’emparer des thématiques et des questions soulevées par le grand débat

Dans un premier temps, les participants étaient répartis en petits groupes pour réfléchir autour des thématiques. « C’est quoi pour moi la transition écologique / citoyenneté-démocratie ? En quoi ça fait écho avec ce que je vis au quotidien ? »


Afin d’élargir leur réflexion, les jeunes ont ensuite écouté plusieurs intervenants, des citoyens acteurs des thématiques choisies sur leurs territoires : un jeune qui s’installe en maraichage biologique, deux membres de l’association Les Colibris, un administrateur de la Fédération des Centres Sociaux, un bénévole d’une épicerie associative, et une ancienne élue municipale. Ces personnes ont témoigné de leur parcours. Comment vivent-elles la transition écologique et/ou la citoyenneté-démocratie au quotidien ? Quelles sont les raisons qui ont motivé leurs choix professionnels et citoyens dans ce sens ?


Élaborer des propositions concrètes

Après le "voir", place au débat avec une méthode bien spécifique pour faire émerger des propositions concrètes, celle du « gros débat » : on commence par relever les problèmes liés à la thématique, puis les défis, et enfin les solutions.

C’est donc en fin de soirée que des représentants de chaque groupe sont venus présenter une suite de propositions :

  • Création d’une assemblée de citoyens, sélectionnés par tirage au sort pour une meilleure représentation, pour participer au processus législatif.
  • Diminution des privilèges des élus, beaucoup sont inutiles.
  • Remplacer la JDC par un service civique ou par un service militaire ou par un engagement associatif… ; cela pour mieux construire sa vie citoyenne (meilleure compréhension du système français et de la politique, ainsi que des enjeux de l’engagement).
  • Sensibiliser et intéresser à la prise de responsabilités en dégageant des temps de cours, en responsabilisant tous les enfants très tôt (ex : l’ACE…).


  • Redonner du pouvoir décisionnel et économique aux échelons intermédiaires et locaux (ex : mairie), pour que chacun se sente plus investi. Nécessité de décentraliser.
  • L’État doit faciliter la naissance de monnaies locales pour favoriser les échanges locaux (= diminution de l’empreinte carbone, dynamisation de l’économie locale…).
  • Sensibiliser les français à la réalité rurale, en envoyant les personnes du monde urbain dans le monde rural, en communiquant mieux
  • Imposer aux communes le choix de l’entreprise la plus performante dans le domaine du recyclage


  • Favoriser l’emploi et le mettre en valeur dans le domaine du recyclage
  • Donner des cours d’éducation civique pour donner des idées concrètes sur l’écologie à tous les enfants : tri, consommation locale, économie d’énergie
  • Développer le local en favorisant les circuits courts par des aides
  • Soutenir les agriculteurs dans leur souhait de commercialiser leurs produits en circuits courts
  • Réduire les plastiques en achetant en vrac, en boycottant les plastiques systématiquement ?

A l’issue de la soirée, si certains participants étaient quelque peu dubitatifs sur la prise en compte réelle de ces propositions par nos dirigeants politiques, la plupart des jeunes étaient très satisfait d’avoir échangé sur ces questions. Ils restent déterminés pour agir concrètement dans un but de transformation sociale. Les trois mouvements envisagent de donner suite à cette soirée commune.

Pour en savoir plus sur les mouvements :
Jeunesse ouvrière chrétienne
Secours catholique - Young Caritas
Mouvement rural de jeunesse chrétienne