Jeanne est une belle figure de Saumur


Un jour de Pentecôte 1693, Jeanne Delanoue, commerçante près de la Chapelle de Notre-Dame des Ardilliers, haut lieu de pèlerinage, a vraiment envie d’éconduire cette personne, Françoise Souchet qui lui demande le gîte. Elle accepte pourtant d’écouter cette drôle de pèlerine...

Ce qu’elle va entendre va bouleverser sa vie ! Inspirée par l’Esprit-Saint, Françoise lui révèle que sa vocation n’est pas de faire du commerce, mais de se mettre au service des pauvres. Jeanne, saisie par Dieu, devient un "parfait flambeau de la Charité", selon les mots de sa biographe, Marie Laigle.


Jeanne part visiter les indigents de son quartier... puis accueille chez elle des orphelines, des femmes âgées, des pauvres... jusqu’à ce qu’un éboulement du coteau détruise son habitation.
Jeanne persuadée de faire la volonté de Dieu cherche une autre maison. De plus le Seigneur lui inspire de fonder une communauté religieuse dédiée "au service de Jésus-Christ et de ses chers membres". Celle-ci commence en 1704.
Elle est soutenue dans son action par le Père Louis-Marie Grignion de Montfort.

Aujourd’hui, la Congrégation est présente en France, à Madagascar, en Indonésie et au Mali. De plus, 3 sœurs ont été envoyées au Niger, en communauté avec les Sœurs de Gethsémani. Elle s’efforce de s’inspirer de son message :
"Les pauvres et le Seigneur, c’est tout un"