La communauté maronite s’installe à l’église Saint-Antoine d’Angers

Eglise Saint-Antoine (Angers)

La communauté catholique maronite célébrera une première messe ce dimanche 1er septembre dans l’église Saint-Antoine (Angers). Ce sera le point de départ de la présence de cette communauté composée de catholiques originaires du Proche-Orient au sein de cette église qui dépend de la paroisse Saint-Antoine-Saint-Serge. "Une vraie chance pour mieux se connaître et faire grandir l’Eglise du Christ", reconnaît enthousiaste le P. Jean-Marie Gautreau, son curé.

Le 14 septembre à 18h une convention sera signée entre Mgr Delmas, évêque d’Angers et Mgr Gemayel, évêque de l’éparchie de Notre-Dame-du-Liban de Paris des Maronites de France. Elle permettra d’organiser la présence de cette communauté catholique dans une église habituellement utilisée par la paroisse Saint-Antoine-Saint-Serge. "Ce document nous permettra d’organiser notre collaboration au service des catholiques des communautés et d’habiter les lieux ensemble", se réjouit le P. Jean-Marie Gautreau.

La paroisse Saint-Maroun de l’éparchie de Notre-Dame du Liban de Paris des maronites en France a été créée par son évêque Mgr Gemayel en janvier 2017. Son territoire correspond au département de Maine-et-Loire.

"Au-delà des aspects formels, l’arrivée de la communauté maronite sera une occasion de mieux nous connaître. La préparation concrète de cette arrivée (nettoyage, tri) a déjà permis aux paroissiens angevins de réfléchir à notre façon de faire Eglise et à l’importance de l’ouverture aux couleurs du monde ! Cette arrivée est aussi une vraie chance pour le quartier de l’église Saint-Antoine", conclut le P. Gautreau.

Interview du P. Malek Chaieb, curé de la paroisse Saint-Maroun

P. Malek Chaieb

Quelles sont les personnes qui composent la paroisse catholique de rite maronite en Maine-et-Loire ?

Bien que la paroisse est une paroisse maronite, la communauté paroissiale est composée de libanais, de syriens et d’irakiens, et d’égyptiens. Ils se répartissent entre les différents rites : maronite, syriaque catholique et orthodoxe, grec catholique et orthodoxe, chaldéen, copte catholique.

La majorité sont des syriens et irakiens sont des réfugiés arrivés dans les deux dernières années. Il y a parmi les réfugiés de jeunes familles (de un à sept enfants), des étudiants. La plupart vivent dans la précarité. Ils vivent en grande majorité à Angers ou dans les villes de la première couronne angevine. Le nombre de fidèles présents peut beaucoup varier entre 30 et 250 personnes selon le calendrier liturgique.

Comment avez-vous été accueilli par la paroisse Saint Antoine Saint Serge ?

Nous avons été très bien accueillis. Les paroissiens habitués des lieux se sont d’ailleurs bien engagés dans l’aménagement des locaux qui nous ont été attribués.

Au nom de notre paroisse Saint Maroun, je tiens d’ailleurs à remercier Mgr Delmas évêque d’Angers, et remercier la paroisse Saint Antoine Saint Serge et son curé le Père Jean-Marie Gautreau .
Avec le P. Gautreau nous avons pris le temps d’aborder un certain nombre de questions pratiques (horaires, frais, travaux, etc.). Une convention sera signée et sera suivie par un concert de chants orientaux dans l’église Saint-Antoine.

La communauté maronite et orientale est ravie, c’est un nouveau départ, en communion avec la paroisse catholique romaine. Nous allons pouvoir travailler ensemble, ce qui est une formidable opportunité pastorale.

Qu’est ce que le rite maronite a de particulier ?


Le rite célébrée habituellement en France et en Occident est le rite romain latin. Le rite maronite est antiochien et syriaque [1]. Avec d’autre rite orientaux il est un des rites de l’Eglise catholique...

La liturgie maronite a plusieurs caractéristiques : la spiritualité monastique et syriaque qui vient de sa naissance est marquée par la demande de pardon. Elle est biblique par ces prières et ses chants, elle est trinitaire et christologique dans chaque prière pour rappeler le fondement de notre foi. Il y a aussi toujours une place à Marie dans chacune des célébrations. Selon les capacités vocales des prêtres, les prières sont toutes psalmodiées.

Si je suis catholique romain, puis-je venir à la messe en rite maronite ?

Nos frères qui sont de rite romain peuvent participer à la célébration eucharistique sans aucun problème. La messe est célébrée en trois langues : français, arabe et syriaque.
Les francophones auront entre les mains des livrets en français. Les chants en majorité sont en arabe. Ceux chantés en français le sont sur des musiques traditionnelles syriaques, qui sont en général des mélodies très simples.

[1les rites qui viennent de la ville d’Antioche sont les plus anciens dans l’Eglise

Plus D’informations