Le bon Père de Montfort : "à Jésus par Marie"

La Saga des saints et bienheureux de l’Anjou


L’Eglise célèbre Saint Louis-Marie de Montfort le 28 avril. Ce saint souvent appelé "le bon Père de Montfort" a mené une vie de missionnaire dans plusieurs régions de l’Ouest de la France, dont le diocèse d’Angers.

Né le 31 janvier 1673 à Montfort-sur-Meu, près de Rennes, et baptisé le lendemain sous le nom de Louis Grignion, il meurt à Saint Laurent sur Sèvre le 28 avril 1716 à 43 ans. Il signe son testament : Louis Marie de Montfort Grignion. Il a donc fait deux ajouts significatifs à son nom de baptême : ‘Marie’ car il est connu pour sa dévotion mariale et ‘de Montfort’ à cause de la paroisse de son baptême.


En effet, toute son action missionnaire a été centrée sur la prise de conscience par les chrétiens de l’importance des engagements de leur baptême. Afin de demeurer fidèles au baptême, il préconisait une forme de consécration à Jésus par Marie.

Tout en menant une vie de missionnaire itinérant, passant de paroisse en paroisse dans plusieurs diocèses de l’Ouest, il écrit des livres qui témoignent de la qualité de sa vie spirituelle, le plus connu étant celui qu’on a appelé « Traité de la vraie dévotion à la sainte Vierge ».

Il vint ainsi à Landemont, Saint-Sauveur de Landemont, Roussay et La Séguinière, prêcher la Passion du Seigneur et inviter à honorer la Vierge, Mère de Dieu.

La famille montfortaine en Anjou et dans le monde

Avec le souci de continuer son œuvre missionnaire, il fonde les ‘Missionnaires Montfortains’,dont une communauté – de plus en plus internationale - anime le sanctuaire de Notre-Dame du Marillais depuis plus de 140 ans.

Avec Sœur Marie-Louise de Jésus, béatifiée en 1993 par le Pape Jean-Paul II, il fonde les Filles de la Sagesse pour l’instruction et le soin aux pauvres et aux malades.

Il a laissé aussi un petit noyau de Frères dont une branche enseignante a connu un développement spectaculaire à partir de 1821 sous l’influence du Père Gabriel Deshayes, pour devenir un institut autonome bien connu dans le monde sous le nom de ‘Frères de Saint Gabriel’ pour l’instruction et la formation de jeunes, y compris handicapés, sourds-muets, aveugles… Les Frères sont bien représentés à Angers.

Inspirés par la spiritualité du Père de Montfort, avec la devise « A Jésus par Marie », ces trois instituts forment ‘la famille montfortaine’ à laquelle s’agrègent des associés, laïcs ou consacrés, de plus en plus nombreux, dans le monde entier.


Une prière, citée par le pape Jean-Paul II lors de son pèlerinage à Saint Laurent sur Sèvre, le 19 septembre 1996.

"Ô Marie immaculée, je renouvelle aujourd’hui entre tes mains, les vœux de mon baptême.
Je renonce pour jamais à Satan, et je me donne tout entier à Jésus-Christ, la Sagesse incarnée, pour porter ma croix à sa suite tous les jours de ma vie, et afin que je lui sois plus fidèle que je n’ai été jusqu’ici." [1]

Et le pape a ajouté en aparté : « et on le fait chaque jour" !


Tombeau de saint Louis-Marie-Grignion-de-Montfort à Saint-Laurent-sur-Sèvre

Merci au P. René Paul, monfortain, pour la réalisation de cet article de la "Saga des saints et bienheureux de l’Anjou".

[1Tiré du livre l’Amour de la Sagesse Eternelle, 225