Mercredi des Cendres : homélie de Mgr Delmas

A l’occasion de la cérémonie des Cendres à la cathédrale Saint-Maurice, Mgr Delmas a prononcé une homélie, où il nous invite à entrer résolument dans ce temps de carême pour se laisser visiter par Dieu et pour une plus grande authenticité humaine.

"Aujourd’hui, mercredi des Cendres, nous commençons le chemin du carême : un chemin qui dure 40 jours et qui nous conduit à la joie de la Pâque du Seigneur. C’est un temps d’engagement particulier dans notre cheminement spirituel. Le nombre 40 nous rappelle en particulier les 40 années pendant lesquelles le peuple d’Israël a cheminé dans le désert : une longue formation pour devenir le peuple de Dieu.

Or, cette longue marche ne s’est pas faite sans récriminations de la part du peuple parce qu’il n’a pas été facile pour lui d’apprendre à trouver son assurance dans le Dieu vivant. C’est au fond cet itinéraire que nous sommes invités à refaire symboliquement pour apprendre à notre tour à laisser tomber ce qui ne peut que vieillir, ce à quoi nous attachons beaucoup d’importance mais qui en fait sera un jour réduit en poussière. Et cette purification nous est proposée pour nous faire goûter la joie de communier véritablement à la vie nouvelle des enfants de Dieu au matin de Pâques.

Rien d’étonnant donc que ce temps de carême soit marqué par une invitation à la pénitence. Elle marque notre volonté de revenir au Seigneur notre Dieu, elle manifeste également notre lucidité sur le fait que nos liens avec lui se sont distendus, ont été abîmés de notre fait mais le Seigneur n’est pas loin de chacun de nous et nous appelle à revenir vers lui.

C’est au fond une bonne nouvelle de savoir que le Seigneur se tient à notre porte et frappe en disant : « si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi ». Notre être intérieur doit donc se préparer à être visité par Dieu et c’est précisément pour cela qu’il ne doit pas se laisser envahir par les illusions, les apparences ou encore par les choses matérielles.

L’invitation à la prière, au jeûne et au partage nous est proposée pour avancer sur ce chemin de plus grande authenticité humaine. Ce n’est pas un hasard si Jésus demande à ses disciples de vivre ces dimensions à l’insu du regard des autres et sans doute aussi à l’insu de notre propre regard. C’est pour faire en sorte que la dimension intérieure de notre être prenne plus de place et de consistance.

Sur cet itinéraire spirituel, nous ne sommes pas seuls, car l’Église nous accompagne et nous soutient dès ce premier jour à la lumière de la Parole de Dieu qui contient un programme de vie spirituelle et d’engagement pénitentiel. Les paroles de l’Apôtre Paul nous offrent une consigne précise : « Nous vous invitons à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu … Le voici le moment favorable, le voici le jour du Salut … »


Nous allons vivre cette démarche de l’imposition des cendres sur notre front. C’est une démarche d’humilité, de foi. En nous laissant imposer les cendres, nous exprimons aussi notre volonté de vivre ce temps de carême comme le temps favorable, comme le temps du Salut. Nous voulons exprimer que c’est un temps béni où le Seigneur vient nous visiter et renouveler son amitié avec nous. Demandons maintenant pour chacun de nous et pour ceux qui nous entourent cette grâce d’accueillir le Seigneur qui vient nous visiter, qui nous appelle à marcher à sa suite. Amen ! "

+ Mgr Delmas
Le mercredi 6 mars 2019