Message de Mgr Delmas à l’approche de Pâques

Mgr Delmas fait connaître un message à quelques jours de la fête de Pâques 2020. Il veut inviter chacun à vivre ces jours de carême et la Semaine Sainte avec intensité, dans l’Espérance et la prière.

"Je suis heureux de vous adresser ce message et de vous exprimer ainsi ma proximité fraternelle.
Nous sommes à quelques jours de la fête de Pâques et l’épreuve que nous traversons nous appelle à vivre cette préparation à la Résurrection du Seigneur de façon plus intense que jamais.

Vivre la proximité avec les plus vulnérables

Notre quotidien est bouleversé et chacun est touché par les mesures du confinement qui nous est imposé pour faire face à la crise sanitaire que notre pays traverse. C’est un appel pour nous à ouvrir plus largement les portes de notre cœur vis-à-vis des plus vulnérables d’entre nous. Je pense en cet instant aux personnes âgées qui vivent douloureusement cette absence de visites de la part de leurs familles et de leurs proches.
Nous pouvons bien sûr nous appuyer sur d’autres moyens pour leur manifester notre proximité et pour leur témoigner notre affection. Ce temps n’est pas synonyme de repli sur soi, bien au contraire ! Nous pouvons également saisir cette occasion pour proposer des gestes d’entraide ou de partage qui disent beaucoup à ceux que nous rejoignons ainsi.

L’entraide spirituelle et la prière

Une dimension essentielle est l’entraide spirituelle : je me réjouis des nombreuses initiatives qui viennent de nos paroisses et de nos lieux de pèlerinage grâce auxquelles cette « charité pastorale » continue d’être manifestée au peuple de Dieu. Cette entraide spirituelle qui se vit de façon si essentielle par nos aumôniers d’hôpitaux, d’EHPAD et d’établissements de santé en portant réconfort auprès de nos malades et de nos aînés. Ils sont secondés par les prêtres qui se rendent disponibles pour donner les sacrements auprès des mourants.

Plus largement, nous savons combien la prière discrète et silencieuse a cette capacité d’offrir réconfort et lumière auprès de notre monde dans la nuit. Plus encore, la prière nous garde vigilants, elle nous humanise vraiment en ce qu’elle est un antidote à ce danger d’anesthésie que provoque le matérialisme ambiant auquel nous succombons si souvent.

La prière nous unit plus fortement au Christ à l’heure de sa Passion, à l’heure où, dans le don de sa vie, il porte et fait entrer notre monde auprès de Dieu. C’est ainsi que nous pouvons rendre grâce pour nos communautés religieuses, monastiques, nos multiples fraternités religieuses insérées dans nos quartiers et nos communes, qui portent notre diocèse dans leurs prières et intercèdent pour lui.

Ces priants nous encouragent à donner plus de temps que d’habitude à la prière. Nous avons plus de disponibilité et nous devons en profiter. Nous deviendrons ainsi des petites cellules contemplatives autour de nous et nous participerons ainsi à cette lutte contre le virus.

Gratitude et responsabilité

Ce temps de confinement nous fait comprendre de façon plus forte que jamais l’importance de cette solidarité entre nous. Les témoignages de reconnaissance se manifestent de façon très concrète à travers tout le pays par des applaudissements. Ces témoignages sont essentiels. Nous pensons bien sûr à tous nos soignants qui ne ménagent pas leur peine pour porter secours aux malades. Ils disent ainsi combien la vie a du prix et qu’il est important de la respecter au moment où elle est fragilisée.

Nous pouvons aider nos soignants à exercer leur responsabilité en prenant soin de notre système de santé, en faisant en sorte qu’il ne soit pas débordé par les nombreuses sollicitations auxquelles il doit répondre en ce temps d’épidémie. Nous le ferons en respectant les consignes de prudence qui nous sont imposées, même si cela nous demande des sacrifices. C’est un moyen très concret de vivre cette solidarité entre nous.

Nous pensons aussi à tous ceux grâce à qui notre pays peut continuer à vivre. Ils sont nombreux et, en temps ordinaire, nous ne les remarquons pas toujours. Que d’hommes et de femmes, chaque jour à notre service, nous permettent de vivre en venant à notre aide de façon très concrète ! Là aussi, nous ouvrons les yeux et c’est heureux.

Comment ne pas saluer le travail des enseignants en ces temps où nos élèves et étudiants sont privés de cours ! Nous sommes nombreux à prendre conscience plus vivement de l’importance de l’aide qui est apportée par ceux qui instruisent notre jeunesse.

Vivre la Semaine Sainte intensément

Nous sommes à quelques jours de Pâques. La vie liturgique est grandement bouleversée et, pour autant, nous savons bien que nous aurons à vivre cette semaine intensément.

Nous aurons à communier à Jésus qui, en nous, accomplit cet exode de notre terre vers la terre promise dans laquelle notre Dieu nous appelle à entrer.

Ce sera la nuit de Pâques, la nuit de Pâques définitive quand Dieu aura vaincu définitivement les puissances du mal et de la mort ! Nous savons bien que ce n’est pas encore pleinement réalisé et, pour reprendre les mots de saint Paul, que« notre création gémit dans les douleurs d’un enfantement qui dure encore ».

Or, cette fête de Pâques prochaine nous donnera, dans les circonstances exceptionnelles qui sont les nôtres, d’en prendre conscience de façon plus vive encore. Mais nous pouvons et non seulement cela, nous devons hâter la venue définitive de cette terre nouvelle, de ce monde nouveau et ce, dès aujourd’hui, en vivant de façon plus intense cette Semaine Sainte 2020 !

Nous le ferons en union avec nos catéchumènes, ceux que j’ai appelés lors de l’appel décisif au soir du premier dimanche de carême. Nous pouvons, dans ce combat spirituel auquel nous sommes appelés, les faire grandir dans ce désir qui est le leur d’être initiés à la vie nouvelle avec le Christ.

Le service Foi-Liturgie nous offre des outils très concrets de célébrations tout au long de ces jours saints et la communication diocésaine les porte à la connaissance de chacun d’entre nous. Nous leur disons notre reconnaissance.

Prendre le chemin du pardon

Je souligne l’importance de célébrer le pardon de nos péchés. Alors que nous sommes empêchés de recevoir l’absolution sacramentelle, l’Église propose de vivre un chemin de contrition parfaite et de demande de pardon à Dieu avec la « ferme résolution de recourir le plus tôt possible à la confession sacramentelle » afin de recevoir effectivement le pardon de ses péchés. Le service Foi-Liturgie vous proposera cette démarche spirituelle.

Chers amis, chers frères et sœurs, belle Semaine Sainte, belle fête de Pâques. Demandons pour nous et entre nous cette Espérance que le Seigneur nous offre dans son Eglise.

+Mgr Emmanuel Delmas
Évêque d’Angers