Mission ouvrière : aller vers son voisin pour découvrir sa richesse

La fraternité dans les quartiers


Le 30 janvier dernier les acteurs de la présence d’Eglise dans les quartiers populaires ont organisé une soirée de rencontre et d’échanges autour de Mgr Delmas au centre diocésain à Angers. Cette soirée est l’aboutissement d’une démarche fraternelle vécue dans plusieurs quartiers de l’agglomération angevine.

Serge Hochman, délégué diocésain à la Mission Ouvrière, porte ce projet de rencontres de proximité avec les autres acteurs de la Mission Ouvrière. Pour lui, "cette soirée d’échanges va rassembler des personnes qui se sont rencontrées dans leurs immeubles, déjà simplement pour se connaître et parler de ce qui les fait vivre". "Avec l’évêque, elles vont partager le 30 janvier autour de ce qu’elles ont vécu localement et dire comment elles sont chrétiennes dans leurs quartiers : Belle Beille, Monplaisir, Trélazé, La Roseraie, Grand Pigeon, Les Justices...

"L’idée de faire émerger une parole entre les habitants d’un même quartier est venue après le rassemblement des mouvements en lien avec la Mission Ouvrière fin 2017 intitulé ’Fêt’ensemble’. "Nous avons alors mis en place le principe de trois rencontres : deux temps d’échange portés par des chrétiens localement et un troisième avec l’évêque.

Depuis plusieurs mois, des chrétiens sont allés sonner à la porte de leurs voisins, de leurs amis pour leur proposer d’échanger librement sur leur vie, ce qui se fait de beau et de bon chez eux, leurs raisons d’espérer pour leur famille, leur travail, leur quartier. Après ce premier temps, un second temps de partage a été proposé pour partager autour de "nos besoins". De quoi ai-je besoin ? Qu’est ce qui me fait vivre ?


"Des questions pas si évidentes finalement", souligne Serge Hochman. En effet, il n’est pas toujours facile de se dire, d’oser prendre la parole devant d’autres, alors qu’on a pas l’habitude de le faire... ou même qu’on se l’interdit.

Peut on parler de réussite pour ce projet ? "Pas forcément si l’on s’accroche à un nombre de personnes ou de groupes constitués. Par contre, la formule même de ces deux rencontres a permis d’expérimenter et de se rendre compte de ce qui peut fonctionner ou non. C’est un point de départ qui a permis à des personnes de se connaître, de se reconnaître et aider à une prise de paroles de personnes souvent hésitantes, inquiètes du regard de l’autre."


"Les échanges ont été de grande qualité, car quand on prend le temps de se parler alors qu’on ne le faisait jamais auparavant, de belles choses naissent toujours !", souligne enthousiaste le délégué diocésain de la Mission Ouvrière.

La soirée d’échange du 30 janvier a donc été l’occasion de faire connaître cette belle intuition qui participe à la construction de la fraternité entre les hommes et montre comment Dieu est présent à travers celui que je croise tous les jours au bas de chez moi. "Nous verrons bien à quels autres appels cette soirée nous mènera pour voir ce qu’il faut poursuivre chez nous dans les semaine qui viennent", conclut confiant Serge Hochman.

Aller plus loin :
L’interview de Serge Hochman sur RCF Anjou (Vitamine C du 25 janvier 2019) :

Emission Vitamine C, Marion Bastit


Plus D’informations

La Mission Ouvrière est une institution d’Église voulue par l’assemblée des Évêques de France en 1957 pour une évangélisation privilégiée du monde ouvrier.
Elle assure une coordination entre les partenaires de l’apostolat ouvrier qui sont : l’ACE, la JOC, l’ACO, les prêtres ouvriers, les religieuses, les prêtres en lien avec la Mission Ouvrière, des diacres, des laïcs en Mission ecclésiale, et les membres du GREPO (groupe de recherche et d’étude en pastorale ouvrière).