Pour la nouvelle année : discernement, simplicité et sainteté

Voeux 2020 de Mgr Delmas

A l’occasion de cette nouvelle année, Mgr Delmas présente ses voeux en s’appuyant sur la fête de l’Epiphanie...


Je m’appuie sur la fête de l’Épiphanie qui marque ces premiers jours de l’année pour vous présenter tous mes voeux. Ce sont les mages qui nous livrent le secret de cette belle fête. Je vous invite à demander à la suite des mages trois dons essentiels qui éclaireront les jours qui s’ouvrent devant nous.

Le discernement

Le premier don que je vous invite à demander est celui du discernement. L’exemple que nous donnent les mages en cette fête est précisément qu’ils se sont mis en route, mais pas dans n’importe quelle direction. Ils ont vu et suivi l’étoile qui les conduirait jusqu’à l’enfant de la crèche parmi une multitude d’autres étoiles qui brillaient, elles aussi, dans le ciel. Qu’est-ce qui a fait que l’étoile qui les a mis en route brillait un peu plus que toutes les autres ? Ont-ils pressenti qu’elle avait la mission de les conduire à l’essentiel ? Sans aucun doute, sinon auraient-ils entrepris un tel pèlerinage ? À leur suite, demandons la grâce de savoir reconnaître la seule étoile qui éclaire en profondeur notre vie. La grâce et aussi le courage, car il faut pouvoir choisir la perle de grand prix au milieu de tant de sollicitations qui brillent dans notre monde.

La simplicité

Le deuxième don est celui de la simplicité. L’exemple que nous donnent les mages, c’est cette simplicité qui les habite. Grâce à cette simplicité, ils se sont mis en route contrairement aux experts de l’Écriture de l’époque de Jésus qui connaissaient parfaitement le lieu où l’enfant devait naître, mais qui n’ont pas pris la peine d’aller vers l’enfant de la crèche. Saint Augustin parle à ce propos « des pierres millénaires qui indiquent la route, mais restent immortelles et inertes ». Alors demandons de ne pas être ces « pierres millénaires » qui sont peut-être savantes mais qui ne bougent pas. Ce qui fait défaut aux « sages et aux savants » dont parle Jésus, c’est l’humilité authentique qui sait écouter et obéir à ce qui est plus grand et qui offre le courage de croire à ce qui est vraiment grand. Il faut demander la grâce de rester un enfant dans son coeur, capable de nous émerveiller devant la Bonne Nouvelle que nous apporte le Seigneur en naissant dans notre vie terrestre.

La sainteté

Le troisième don est celui de la sainteté. Celui-ci est le fruit des deux dons précédents. Voulons-nous être missionnaires ? Je ne sais s’il existe des solutions évidentes à cette responsabilité qui nous est confiée. Ce dont je suis certain, c’est qu’il est essentiel de laisser transparaître en nos personnes la sainteté de Dieu. Il est essentiel que la sainteté de Dieu imprègne la vie de nos paroisses, de nos familles, de nos communautés. Peut-être ne verrons-nous pas les résultats comme nous le souhaiterions, mais nous savons qu’il s’agit là d’une condition indispensable pour porter du fruit autour de nous. Ainsi, grâce aux mages qui nous indiquent le chemin sur lequel ils ont marché, vous vivrez chaque jour de cette année éclairés par la lumière de la foi en Dieu qui est venu partager notre vie pour nous introduire dans la sienne.

+ Mgr Emmanuel Delmas
Évêque d’Angers