Présentation du Père Aymeric de Salvert

1 – D’où est venue votre vocation ? C’est une histoire d’amour comme pour un couple. Une histoire d’amour née dans une famille catholique parisienne d’origine lyonnaise où la religion était une évidence.

2 – Où et quand avez-vous été ordonné ? à la cathédrale de Versailles en 1997, il y 20 ans. Cette année-là, dans ce diocèse, nous étions 7 jeunes à être ordonnés.

3 – Qu’avez-vous fait avant d’être envoyé en mission au Japon ? J’ai fait des études à Sciences Po et j’ai été coopérant pendant 2 ans au Japon en remplacement du service militaire ordinaire, ce qui explique ma nomination ultérieure comme missionnaire dans ce pays asiatique.

4 – Indiquez – nous trois différences entre les chrétiens japonais et les chrétiens français ?
Tout d’abord, les chrétiens japonais sont comme les autres Japonais toujours à l’heure. « Cela n’aurait pas posé problème de commencer la messe avant l’heure car ils ont le souci de ne pas déranger l’autre. » Dans la ville de Sapporo ‘ 2 millions d’habitants où j’étais curé, les paroissiens se réunissaient chaque dimanche matin dès neuf heures pour l’eucharistie. Puis, entre 10 h et midi, ils se retrouvent pour différentes réunions. Leurs enfants sont catéchisés à ce moment-là. Enfin, les participants partagent le déjeuner dans des salles voisines du bâtiment église. Par ailleurs, l’Etat et les collectivités locales ne prennent rien en charge. C’est aux chrétiens d’assurer toutes les dépenses inhérentes au culte et aux bâtiments.