Proposition de loi sur l’euthanasie

Une lettre aux élus et aux fidèles pour alerter

Début avril, une proposition de loi favorisant le « droit à une fin de vie libre et choisie » a été examinée à l’assemblée nationale. La cellule de veille bioéthique du diocèse a, par une lettre, alerté les élus et les chrétiens du Maine-et-Loire sur les dangers d’un tel texte dont l’objectif était clairement d’instaurer un « droit » à l’euthanasie.

La proposition de loi, déposée par le député de Charente-Maritime Olivier Falorni, demandait à ce que les personnes, « en phase avancée ou terminale d’une affection grave et incurable », puissent recevoir une « assistance médicalisée active à mourir ». Devant le nombre élevé d’amendements (3000), le texte n’a pu être voté dans les temps règlementaires. Mais ses partisans continuent à faire pression auprès du gouvernement pour que l’euthanasie soit légalisée avant la fin du quinquennat.
La cellule de veille bioéthique va donc rester vigilante sur ce sujet, en poursuivant son travail d’alerte et de pédagogie, répondant ainsi à la mission qui lui a été confiée par Mgr Delmas : éclairer la réflexion en donnant des repères sur les sujets complexes de la bioéthique, qui concernent toute l’existence, du début à la fin de la vie.

Lettre aux élus et aux crhétiens du Maine-et-Loire

Avril 2021-Lettre aux élus et aux chrétiens du Maine-et-Loire