Saumur : du bonheur dans les plats à emporter

Cécile Nougé tient le restaurant « le Carrousel » de Saumur. Très attachée à sa paroisse Bienheureux-Charles-de-Foucauld, cette catholique engagée fait face à la crise grâce à un système de plats à emporter, soutenue et encouragée par les clients et les paroissiens. Au-delà des petits plats, ce sont "des petits bonheurs" qu’elle veut distribuer au quotidien.

Comme tous les gérants de restaurants, Cécile Nougé et son mari traversent depuis l’an dernier une période difficile. La réouvertue du Carrousel, établissement réputé de Saumur, n’est pas à l’ordre du jour.

"C’est dur de parler de cette période compliquée car nos sentiments sont changeants : résilience, tristesse, colère, abandon, injustice. Et puis de temps à autre : des petits bonheurs, créés principalement par le soutien de nos clients et des paroissiens", confie Cécile Nougé.

Des paroissiens qu’elle connaît bien : « J’ai eu la chance de partir en Terre Sainte avec 79 personnes de la paroisse, ce fut un moment très fort dans ma vie de chrétienne, qui a créé des liens indestructibles au sein du groupe. Au retour notre vie a été transfigurée, nous étions portés par l’Esprit Saint. » Depuis ce pèlerinage, elle n’hésite plus à afficher sa foi.

« Je sème des petites graines tous les jours dans mon restaurant »

À côté de l’icône discrète installée depuis longtemps dans le restaurant, Cécile Nougé a disposé une belle Vierge à l’enfant. « Je n’arrêtais pas de parler de la Terre Sainte… Même les clients non croyants étaient enthousiasmés. Depuis je sème de petites graines tous les jours dans mon restaurant. La Vierge qui trône à l’entrée ouvre au dialogue. Quelle que soit l’origine des gens et de leur croyance, cela m’a permis de faire de belles rencontres. Et puis une petite graine ça peut être un sourire, une attention à quelqu’un qui en a besoin. » confie cette ancienne catéchiste au collège, qui a aussi accompagné des jeunes de l’aumônerie, ainsi que des adultes vers la confirmation.

Tableau appartenant à Cécile Nougé, représentant le restaurant "Le Carrousel" (photo Pascale Racon)

L’attention aux autres, c’est ce qui caractérise Cécile Nougé qui n’a pas hésité pendant ces périodes de fermeture, à « réaliser une centaine de masques au profit de la paroisse ». Un vrai « bonheur lors de la vente de revoir tout le monde car à ce moment-là les messes étaient toujours interdites » !

À la suite du « déchirement » de la deuxième fermeture administrative, où il n’était plus possible « de transmettre, de partager, de donner de la chaleur, de la tendresse aux personnes qui peuvent être loin de leur famille », Cécile et son mari vont prendre une initiative qui va tout changer.

« Grâce aux paroissiens, on se sent de nouveau utiles »

« Nous avons décidé de faire des emportés pour garder le lien pour avoir l’impression d’exister ». Résultat : « Cela n’a été que du bonheur, nous avons reçu pleins de petits messages d’encouragement, de solidarité. Beaucoup de paroissiens qui n’allaient pas souvent au restaurant ont pris l’habitude de venir chercher des plats à emporter chaque semaine ou presque, pour nous soutenir. Ils nous vont vivre. Au-delà de l’aspect financier, grâce à eux on se sent de nouveau utile ; Cela nous permis à notre tour de distribuer des petits bonheurs. "

Pour aller plus loin :
Pastorale des réalités du tourismes et des loisirs (service diocésain Société et cultures)