Soirée bioéthique à Beaupréau : souffrance et fin de vie, quel accompagnement ?


Une soixantaine de personnes se sont retrouvées mardi 28 mai à Beaupréau pour une soirée de réflexion autour de la souffrance et de la fin de vie. La rencontre était animée par la cellule de veille bioéthique du diocèse.

L’allongement de la durée de vie, l’évolution du regard porté sur la maladie et la mort, l’évolution de la législation... Autant d’éléments qui expliquent l’émergence de questions éthiques nouvelles : Quel accompagnement pour les situations de grande dépendance et la fin de vie ? Quel regard porté sur la dignité de l’être humain ? L’objectif de la soirée organisée par la paroisse de Beaupréau était de donner des repères chrétiens et des pistes de réflexion aux participants.

Le respect de la dignité

Les échanges se sont déroulés à partir de deux histoires, autour de trois grandes questions : quelles réponses à la douleur et aux souffrances ? ; quelle dignité en fin de vie ? ; quel accompagnement humain et spirituel en fin de vie ? Répartis en petits groupes, les participants se sont interrogés sur le lien entre douleur et souffrance, et sur les « bonnes » décisions à prendre dans des situations difficiles. Ils ont aussi insisté sur le respect de la dignité du aux personnes âgées, qui ne doit pas se faire sans un dialogue entre le patient, la famille et l’équipe médicale. Enfin, les participants ont réfléchi sur les moyens à mettre en œuvre pour mieux accompagner les personnes en fin de vie : espace de parole, soutien religieux, onction des malades…


Bioéthique, fin de vie, hôpital

Les repères de l’Eglise

Enfin, la soirée s’est achevée sur une présentation des grands axes du cadre législatif actuel, s’appuyant sur la reconnaissance du patient comme sujet, qui doit pouvoir faire entendre ses volontés, à travers notamment la personne de confiance et les directives anticipées. Les animateurs ont également rappelé les repères proposés par l’Eglise dans le domaine de la fin de vie : refus de l’obstination déraisonnable et refus de toute forme d’euthanasie, avec souci de préserver la dignité du patient en l’accompagnant au cœur de ses souffrances.

Prochaine soirée : mardi 18 juin à 20h30 au Centre pastoral renaissance à Segré