Soutenir les personnes isolées : un numéro vert et des cartes postales

Le confinement est dur pour tous, mais plus encore pour les personnes âgées, malades, seules. L’angoisse ressentie faute de visite et de contact peut être forte. Pour alléger ce fardeau, une ligne d’écoute a été mise en place par la Conférence des évêques. Autre bonne idée à la portée de tous : envoyer une carte postale à nos aînés.

Un numéro vert mis en place par la Conférence des évêques de France


Ce numéro vert a été mis en place par la conférence des évêques de France et la conférence des religieux et religieuses de France. Il concerne les personnes isolées, les soignants épuisés, afin de les aider à reprendre espoir et se ressourcer. Transmettez ce numéro et faites le connaître.

Au bout du fil : un réseau d’écoutants confirmés, prêtres, diacres, religieux, laïcs à l’écoute de 8 h à 22 h, 7 jours sur 7 au 0806 700 772 (numéro vert gratuit). Ces écoutants ont déjà pratiqué l’écoute de personnes en difficulté de vie.

Que vous soyez en demande sacramentelle, que vous traversiez un deuil, que vous soyez soignants épuisés ou en questionnement, à l’heure où les églises sont fermées, ce numéro peut vous aider à échanger, partager et donner un sens à ce que nous vivons en ces temps difficiles.
Leur premier soin est d’accueillir les personnes au téléphone, de comprendre leur attente et de les orienter si nécessaire vers les structures diocésaines correspondantes à leur besoin.

Concrètement :
> s’il s’agit de personnes en hôpital, il leur sera indiqué l’aumônerie catholique dont l’hôpital a les coordonnées.
> s’il s’agit d’une demande relative à la célébration d’obsèques, la famille doit prendre contact avec la paroisse d’habitation.

Pour plus d’informations :
> Vous pouvez regarder cette vidéo :

> ou RDV sur le site de la Conférence des évêques de France

Une carte postale pour nos ainés !


Après 4 semaines sans visite, ni contact concret avec l’extérieur, le confinement devient difficile aussi pour nos anciens, parfois isolés dans leur chambres sans repas collectif.
Alors, pour leur montrer que la communauté pense à eux, pourquoi ne pas leur adresser une carte postale collective c’est-à-dire pour l’ensemble de l’EPHAD ou de la maison de retraite (en remerciant les soignants de bien vouloir la lire à chacun) : à tour de rôle, le curé, un membre de l’EAP, ou un volontaire peuvent écrire aux établissements du secteur, au nom de la paroisse.

Garder du lien avec les résidents, leur montrer qu’ils comptent pour nous, qu’ils font partie de notre communauté disséminé, peut donner un peu de lumière à leur journée et donner du sens à notre façon de faire église.

Alors, à nos plumes !