Un livre pour redécouvrir René Goupil, saint du segréen et du Canada

Il écrit une histoire de son saint patron...


Saint René Goupil est fêté en Anjou le 26 septembre. René Perrisseau, paroissien à Beaufort-en-Anjou, vient de faire paraître un ouvrage sur ce saint du "Nouveau Monde" originaire du diocèse d’Angers.

Grace à ce livre nous pouvons marcher sur les pas de René Goupil, canonisé en 1930 par Pie XI. Premier martyr catholique d’Amérique du Nord, il a servi et soigné les peuples premiers du Canada et participé à leur évangélisation avant de mourir pour sa Foi, sous les coups d’un tomahawk iroquois.

C’est à Béhuard, à la boutique « souvenir « que René Perrisseau découvre, il y a 20 ans, un petit personnage discret sur une carte des pèlerinages en Anjou. René Goupil qui allait devenir son saint patron, entrait dans la vie de l’auteur. Intrigué par la méconnaissance générale autour de notre saint angevin, il s’est lancé le défi de mieux le connaitre et surtout de lui rendre justice en le faisant découvrir à ses compatriotes.

De Saint Martin des Bois, lieu de naissance de Saint René, au Québec et à l’état de New York, René Perrisseau est parti à la recherche d’indices lui permettant de rédiger la bibliographie de son saint patron. De découvertes surprenantes en belles rencontres, ce défi lui a pris 20 ans et aujourd’hui, il publie, aux éditions la Botellerie, "René Goupil, un saint en Anjou".

Couverture du livre - René Goupil, un Saint en Anjou

Né dans le segréen en 1608, René Goupil voit sa vocation religieuse contrariée par les jésuites en raison de son handicap, il est sourd. Devenu chirurgien après une formation sur le tas à l’Hôpital Saint Jean d’Angers et à Orléans (nous sommes en période de grandes pandémies), il rejoint la Nouvelle France (Canada actuel) pour exercer son art et faire partager sa Foi jusqu’au don suprême.

La compagnie de Jésus l’accueillera enfin comme frère lai (laïc) en raison de son métier bien utile dans ces terres difficiles, inhospitalières et sauvages.

Il y soignera sans distinction et en fraternité les colons comme les membres des nations premières. Torturé avant d’être assassiné, il rend son âme à Dieu le 29 septembre 1642, à 34 ans.

Il a été choisi comme saint patron des anesthésistes et par les sourds aux Etats-Unis, heureux de découvrir que son handicap n’a pas empêché René de mener une vie active au service de ses frères et de son Seigneur.
Il est fêté le 29 septembre.

Le beau texte de René Perrisseau permet de découvrir un parcours de vie atypique, riche d’humanité et de Foi et rend justice à ce saint trop méconnu.

"René Goupil, un saint en Anjou", éditions la Botellerie, 2021
L’ouvrage est disponible notamment auprès des librairies religieuses Byblos.


Chanson peu connue écrite par Théodore Botrel à la fin du XIXe siècle et interprété par Fabienne Thibeault, elle raconte l’histoire de saint René Goupil, jésuite, missionnaire et martyr.