Une nouvelle déléguée pour le Secours Catholique 49

En ce mois de septembre 2019, le Secours Catholique du Maine-et-Loire accueille sa nouvelle déléguée. Rencontre avec Armelle Guillembet qui aborde sa nouvelle mission avec l’envie d’écouter les acteurs et faire grandir sur notre territoire la fraternité à l’écoute des plus fragiles.

Armelle Guillembet a 43 ans. Mère de famille, elle est originaire de Lorraine. Après des études de droit, elle s’est engagée au Secours Catholique voilà 17 ans avec un fil rouge : « bâtir une société plus juste et fraternelle que ce soit en France ou à l’autre bout du monde ! ».

Mettre en route des réseaux solidaires

Justement, son parcours dans l’association l’a d’abord emmenée en Kosovo et en Syrie auprès des réfugiés, des populations marquées par la guerre et les divisions dans leurs communautés. Elle a travaillé avec les églises locales et participé à la création de structures d’accueil d’urgence. « Des expériences passionnantes qui ont montré que c’est en soutenant les acteurs locaux que l’on peut aider des gens à se reconstruire et à devenir autonome dans la durée », souligne la nouvelle déléguée diocésaine.

De 2003 à 2012, elle rejoint le siège du Secours Catholique à Paris en soutien aux Caritas et aux Commissions Justice et Paix pour la zone Balkans et Afrique. Pour Armelle Guillembet, ce travail au service de l’action internationale a été « une formidable occasion de sensibiliser les bénévoles en délégations au rôle de l’Eglise dans le monde auprès des plus pauvres et à l’importance des solidarités locales ».

Armelle Guillembet, déléguée du Secours Catholique Maine-et-Loire

Un autre combat : le mal logement en France

Elle devient ensuite référente du département « De la rue au logement ». Pendant cinq ans, Armelle Guillembet va soutenir l’action du Secours Catholique en France au service des personnes à la rue et la lutte contre le mal logement. Elle participe à la création d’une agence immobilière sociale en Ile-de-France, s’implique dans des projets pour lutter contre la précarité énergétique, l’accès aux droits…

« Ces cinq années m’ont permis de me rapprocher de ce qui se vit chez nous. Mais que ce soit en France ou à l’étranger le combat du Secours Catholique pour une société plus juste et fraternelle reste le même ! ».

A la rencontre de la douceur angevine !

Aujourd’hui, elle rejoint la délégation du Maine-et-Loire « avec le même enthousiasme qu’au début de mon engagement au Secours Catholique ! ». « Je suis enchantée de m’insérer dans les projets du mouvement au sein d’un département comme le Maine-et-Loire. La fameuse douceur angevine a m’a séduite, ainsi que ma famille ! », précise Armelle Guillembet avec le sourire.

Sa priorité ? La rencontre avec la petite quarantaine d’équipes de bénévoles présentes dans le diocèse d’Angers. « Je ne veux pas me laisser happer par le quotidien, je souhaite m’imprégner de ce qui compose les particularités du Secours Catholique ici. La constitution d’un conseil d’animation diocésain dans l’année à venir sera l’occasion de me rapprocher de chacun".

Enfin, la déléguée du Secours Catholique de Maine-et-Loire en est convaincue : "nous sommes tous acteurs de la lutte contre les pauvretés : bénévoles, salariés, réseaux et bien sûr personnes accueillies. C’est une conviction forte du Secours Catholique que j’ai vécu en Afrique, ou au Proche-Orient. Je souhaite continuer à vivre ici de ce projet pour construire une société plus fraternelle."

Mieux connaître le Secours Catholique 49

Dans le département, le Secours Catholique est présent auprès des personnes migrantes, isolées, familles en grande précarité sociale, etc.

Il contribue à la vie de l’Eglise en témoignant de cet enjeu de la charité auprès de tous. Fort d’un réseau de 1000 bénévoles répartis sur 40 équipes, le mouvement est accompagné par une équipe salariée (animation, administration).


Plus D’informations