Vivre le veuvage dans l’espérance et la vie

Le samedi 12 janvier, au centre diocésain à Angers, un après-midi d’amitié a rassemblé 60 personnes veuves pour un temps d’échange et de présentation du mouvement « Espérance et Vie ».


Le but de cette rencontre était de mieux faire connaître ce mouvement pour le relancer dans la totalité du diocèse d’Angers. En effet, il permet aux personnes veuves de trouver un lieu d’écoute dans un climat de confiance et de respect, un lieu de partage face à l’épreuve du veuvage, un lieu pour rechercher la paix et donner un nouveau sens à sa vie, un lieu d’ouverture aux autres, de soutien et d’entraide, en lien avec la foi.

Le mouvement « Espérance et vie » est ainsi un mouvement de passage. Il aide à comprendre le ressenti du veuvage et à faire face à cet état qui bouleverse et fragilise l’existence. Lieu de recherche et de découverte de nouveaux repères, il permet de passer, par-delà l’épreuve, de la mort à la vie.

Des équipes d’accueil et de partage

Les participants ont ainsi exprimé combien il était important pour eux d’éviter tout isolement, et de trouver des lieux et des temps d’échange avec des personnes qui vivent le même chemin. C’est pourquoi le mouvement existe surtout sous la forme de petites équipes, si possible au plus près des personnes. Il était donc important de recréer une dynamique diocésaine pour fonder de nouvelles équipes d’accueil et de partage en tous points du diocèse.
Si celles-ci existent actuellement sur Angers, sa périphérie et en Coteaux de Loire, des personnes sont en attente dans les Mauges, le Douessin et le Baugeois. Espérons que cette rencontre, ainsi que la reconstitution d’une petite équipe relais au plan du diocèse, permettront de relancer la dynamique.

Un espace pour se reconstruire

Sans cotisation particulière, avec la seule volonté de se retrouver pour se soutenir, ce mouvement ne relève pas d’un engagement particulier. Mais il offre, le temps nécessaire, un espace pour se reconstruire. 12 personnes découvraient ainsi le mouvement pour la première fois. Des veuves et des veufs ont pu témoigner combien « Espérance et vie » a été pour eux une véritable « source de vie » au cœur de leur épreuve, un lieu où l’on peut s’épauler mutuellement, tisser de nouveaux liens d’amitié, reprendre espérance et vie selon le temps qui est nécessaire à chacun.

Des sujets très concrets de la vie

Avec le soutien des outils pédagogiques du mouvement, il permet d’aborder en équipe, avec simplicité : le manque, la solitude, le pardon, les relations, la foi, les finances, le travail, la famille, la belle-famille, l’éducation des enfants, le veuvage sans enfant, le grand âge, la dépendance, etc. Tous ces thèmes extrêmement concrets pour les personnes veuves. Pour redire l’importance d’une telle proposition, l’intervenante, Mme Sylvie Simon, de l’équipe nationale, a expliqué que le mouvement avait ainsi redéployé son nom au sein de son logo : « Espérance et vie, mouvement chrétien pour les premières années de veuvage et l’accompagnement des veufs et des veuves ».

Un appel à "Décider pour vivre"

La prière finale, issue d’un éditorial de la Revue « Reflet » (revue du mouvement) a conclu la rencontre avec ce bel appel, « Décider pour Vivre » : Une telle expression peut surprendre, même paraître provoquante dans la situation de veuvage qui éprouve fortement notre existence… Malgré l’immense solitude et le néant qui font souffrir, elle est un appel à continuer d’avancer.

Décider comprend toujours une part de renoncement et de risque. Nous sommes face à une liberté nouvelle. Nous expérimentons aussi que le refus de répondre est une fuite de la réalité, et que cette attitude, si elle est durable, maintient un malaise en soi et vis-à-vis de ceux qui nous côtoient. "Rendez votre cœur attentif à vos chemins", dit Dieu à son peuple par la voix du prophète Aggée (1,5) en un moment de reconstruction.

Un travail difficile qui ne se fait pas seul

DÉCIDER POUR VIVRE, prendre en compte mon histoire et mes goûts, mes liens, mes aptitudes et ma santé, mes bornes d’arrimage et mes freins, identifier ce à quoi je souhaite contribuer, ma vocation propre… Tout cela procure paix et espérance. C’est un travail difficile, car il fait appel à la raison, il demande du temps et de la volonté, il oblige à chercher la vérité au fond du cœur et à demander conseil.

Sur un tel chemin, nous rencontrons des obstacles et nous faisons des détours. La Parole de Dieu, les sacrements, la réflexion avec des amis, en famille ou en équipe, le service... sont autant de sources d’éclairage pour marcher pas à pas sur l’itinéraire qui est le sien.

Seigneur, donne-moi la force de DÉCIDER POUR VIVRE.

Plus D’informations
Contact : P. Jean-Paul AVRILLON