Voeux de Sr Marie-Edwige : "plus que faire confiance, fonder sa vie sur le Christ"

Soeur Marie-Edwige Rasoamampionina a prononcé ses voeux perpétuels dans la congrégation des Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue le 8 février 2020 à la chapelle de la Maison-Mère à Saint-Hilaire-Saint-Florent (49). La célébration était présidée par Mgr Delmas, évêque d’Angers.

La congrégation se réjouit de cet appel du Seigneur pour Soeur Marie-Edwige qui est arrivée à Saumur en octobre 2019. Cela faisait cinq ans que des voeux perpétuels n’avaient pas été prononcé en France chez les soeurs de Jeanne Delanoue, même si des soeurs s’engagent tous les ans aux quatre coins du monde.

Sr Marie-Edwige a 34 ans. Elle est originaire de Madagascar, où la congrégation est présente depuis 1956. Elle a prononcé ses voeux en présence de soeurs de plusieurs nationalités, marquant la diversité de l’implantation mondiale de la congrégation des Servantes des Pauvres de Jeanne-Delanoue dont la maison-mère est dans le diocèse.


Faire connaissance avec la congrégation des Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue :

En savoir plus...

Les Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue sont présentes dans 9 diocèses en France et se donnent à la suite du Christ et de sainte Jeanne Delanoue : dans la catéchèse, le service de la liturgie, les aumôneries scolaires et hospitalères. Les soeurs sont proches des personnes malades, isolées, des prisonniers et de toutes les fragilités. Elles sont présentes partout dans le monde, et leur action s’adapte aux besoins locaux, comme la promotion féminine en Afrique par exemple.


Témoignage de Soeur Marie-Edwige

Sr Marie-Edwige, Servante des Pauvres de Jeanne-Delanoue

" Je suis née à Madagascar et suis l’aînée de 6 filles dans le diocèse d’Ambositra à 250km au Sud de Tananarive. Très tôt, mes parents chrétiens m’ont montré le chemin de l’ Église tous les dimanches et m’ont inscrite au caté."

La vie consacrée, don fait à l’Eglise, est un appel

"Le jour de ma première communion, au moment où j’ai reçu pour la première fois le Corps du Christ, j’ai senti en moi un bien-être que je ne peux pas décrire. Une joie profonde m’a envahie, j’étais heureuse d’être avec Jésus. Ce bonheur, je ne saurais pas l’expliquer. C’était un moment inoubliable dans ma vie.

Voeux de Sr Marie-Edwige St-Hilaire-St-Florent

Au moment des vacances, et quelquefois le week-end, j’aimais aller chez les sœurs « Jeanne Delanoue » à Ambositra avec mon papa qui est leur jardinier. Peu à peu, le fait de rencontrer fréquemment les sœurs, de les voir vivre leur quotidien, de découvrir comment elles se donnent chacune dans ses activités respectives, m’a donné l’envie de rester vivre avec elles.

"A ce moment-là je ne pensais pas du tout à devenir religieuse mais plutôt au métier d’hôtesse de l’air qui, dans mon imagination, est la profession noble qui me permettrait de rencontrer, d’accueillir des personnes de différents pays, langues, de me déplacer et de servir, entre autres, les clients des compagnies aériennes ... Si bien que la vie religieuse n’était pas dans ma priorité. Je sentais en moi, une attirance d’être comme les sœurs et comme elles font..."

La vie consacrée, don fait à l’Eglise, est une réponse.

"Dans mon parcours, je découvre que le Seigneur m’a fait choisir entre la mission d’une hôtesse de l’air et celle d’une religieuse, deux formes de mission pour la même finalité : « le service de la personne ».
Aujourd’hui, je relis le sens de mon choix avec le charisme de Jeanne Delanoue qui nous dit : "si nous pouvons choisir, nous choisissons les plus pauvres".

Des années de discernement

Sr Marie-Edwige a franchi les différentes étapes vers la vie consacrée de l’aspirantat à ses voeux samedi dernier à Saint-Hilaire-Saint-Florent. Après la classe terminale, elle rentre chez les soeurs pour découvrir la vie communautaire et fraternelle, étudier les fondements de la foi chrétienne et mieux connaître la congrégation et sa fondatrice sainte Jeanne-Delanoue.

Oraison personnelle, offices, liturgie des heures : Sr Marie-Edwige rentre peu à peu dans cette vie de prière... "Je suis heureuse de cette vie de prière qui me soutient quand je suis fatiguée : la prière me porte".

Après avoir suivi des soeurs sur les chemins de Madagascar pour aller à la rencontre des personnes dans des situations de pauvreté extrême, Sr Marie-Edwige se retrouve pleinement dans ce don des religieuses de toutes leurs vies aux plus pauvres. "Jeanne Delanoue a été au-delà de la confiance, elle a fondé sa vie sur le Christ : de mon côté je cherche à en faire de même", partage Sr Marie-Edwige."

Après ses voeux, Sr Marie-Edwige poursuivra ses études et sa formation religieuse pour quelques mois au moins à Saumur. Elle est déjà titulaire d’une licence de sciences de l’éducation et est formée en anglais. Elle pourrait devenir enseignante par la suite.

La vie consacrée, don fait à l’Eglise, est un chemin d’Évangile

Voeux de Sr Marie-Edwige St-Hilaire-St-Florent

Sr Marie-Edwige a choisi une parole de la lettre de Saint-Paul aux Romains (8, 39) pour ses voeux perpétuels : "Rien, jamais ne nous séparera de l’amour du Christ".

"En faisant une relecture de ma vie personnelle, je me suis en effet rendu compte que dans les difficultés que j’ai rencontrées j’ai toujours trouvé la joie et la force d’avancer dans cet amour du Christ, car j’ai confiance en Lui".

"La vie consacrée interroge les jeunes aujourd’hui en France, constate-t-elle. Lors de mes témoignages, ils m’ont interpellé sur la réalité de l’appel du Seigneur pour toute la vie et la radicalité de mon choix de vie consacrée. Je suis heureuse de pouvoir être entourée de plusieurs d’entre eux (enfants catéchisés et confirmands) pour mes voeux en ce mois de février 2020."

"Je vous invite tous à prier pour moi et avec la Congrégation", conclut Soeur Marie-Edwige.

Sources : bulletin de la paroisse Sainte-Jeanne-Delanoue (Saumur), 2 février 2020 ; photos : Jean-Claude Thibeau

Maison-mère des Servantes des Pauvres de Jeanne Delanoue
Plus D’informations