Ludivine de Campeau, nouvelle directrice du centre Saint-Jean

Si vous venez au centre Saint-Jean à Angers, vous découvrirez peut-être son nouveau visage ! Arrivée au début de l’été, Ludivine de Campeau en est la nouvelle directrice. Une mission sur mesure pour la jeune femme toujours souriante, qui souhaite continuer à faire de la maison diocésaine un lieu vivant, accueillant et ressourçant ! Portrait.

Originaire de Paris, Ludivine de Campeau a un parcours très riche : sitôt le bac en poche, elle suit une année à l’École de vie Don Bosco après laquelle elle s’oriente vers des études d’Histoire de l’Art et des métiers de la Culture. Après une immersion comme assistante de direction générale dans une multinationale, cette maman de deux jeunes enfants a posé ses valises à Angers au printemps dernier.

Le poste de directrice du centre Saint-Jean à la suite de Laetitia Rahard, lui a permis de « reprendre la vie professionnelle après une pause parentale, d’avoir une place active dans la société et l’Église et de retrouver un épanouissement intellectuel au travers de cette mission porteuse de sens, variée et challengeante ! » se réjouit-elle.

Un lieu accueillant, qui fait sens pour l’Église en Maine-et-Loire

Et les challenges, c’est un peu le quotidien au centre Saint-Jean, cette bâtisse qu’elle a trouvé « immense » en arrivant. C’est dans ce lieu qui abritait autrefois le séminaire d’Angers, que se trouvent les services diocésains, les mouvements, la librairie Byblos, la radio RCF. C’est là aussi qu’ont lieu les formations diocésaines.
La maison, habitée à l’année par une petite communauté de religieuses, garante de cet esprit d’accueil et de la vie de prière, reçoît également de nombreux groupes, chrétiens ou non. Le centre Saint-Jean « est ainsi un facteur de transversalité et de coordination pour la mission de l’Eglise catholique en Maine-et-Loire. » peut-on lire sur le site internet du diocèse.

C’est cette grande maison, grouillante de vie, que Ludivine est chargée d’animer (donner une âme) et de gérer. Une nouvelle mission qui a du sens pour elle car elle lui permet « de répondre aux besoins du monde, de se sentir utile » décrit elle en citant l’IKIGAI japonais, ce schéma qui montre l’intérêt de réunir passion, vocation, profession et mission. "Ce travail participe au rayonnement du diocèse, favorise un terreau propice à la diffusion de formations, d’échanges intellectuels, de partages fraternels. C’est un lieu appelé à être fédérateur et attractif, accueillant, stimulant et ressourçant. Un lieu qui élève. À l’image du Christ." complète-t-elle.

De nombreux projets

Pour cela de nombreux projets sont déjà en marche, comme l’attention à garder la maison et tout ce qui s’y vit, dans l’esprit de Laudato si’, une priorité pour Ludivine, qui prépare déjà activement le marché de Noël qui aura lieu les 16 et 17 décembre.
« Un beau rendez-vous au début des vacances » qui accueillera le Marché monastique avec les communautés du diocèse, le Marché de producteurs locaux, et le Marché de créateurs angevins.
À l’image du centre Saint-Jean, une manifestation de joie et de fraternité.